Aller au contenu

J’ai 20 ans, on est début 2008, je suis debout en plein milieu de ma chambre, le regard dans le vide. J’implore de l’aide. Les 3 dernières années à pratiquer la parapsychologie m’ont fait arrivé à un constat : je ressens un vide, un mal-être au fond de moi, j’ai des difficultés à exprimer mes émotions et à passer à l’action. Cette souffrance me pousse à prendre la décision d’arrêter toutes pratiques jusqu’à avoir une solution. Presque un an plus tard, je me lève un matin avec une idée qui est comme téléchargée dans mon esprit: « je dois travailler sur moi »

À partir de ce moment là, mon bien-être devient une priorité, peu importe la méthode utilisée, tant que ça fonctionne sur moi, c’est bon. Ça a été le début d’un processus qui continue encore aujourd’hui, 14 ans plus tard. La méditation, l’utilisation des runes, le décodage de l’inconscient via les rêves, les tentatives d’être conscient tout au long de mes journées ont fait parti de mon quotidien à cette époque.

À 25 ans, alors en voyage pour faire du wwoofing, un profond Silence me saisit brusquement. Au sein de celui-ci, je commence à percevoir les énergies d’une manière qui était nouvelle à l’époque : par la vue (des couleurs, des formes en mouvement), et le toucher, c’est-à-dire d’avoir un ressenti physique d’elles à l’extérieur de mon corps. Là, commence un communication avec les mondes subtils, et je me suis aperçu que me relier, écouter et parler avec le monde végétal était quelque chose de facile pour moi.

Autre nouveauté, je me mets à avoir des compréhensions spontanées sur ce qui se passe derrière un discours, une situation, une action, une attitude, un concept, …  et de le traduire en mots. (je nomme ça la clair-information). À partir de ce moment là,, il y a eu comme l’évidence de commencer à accompagner l’Humain. 

Éveil, réalisation du Soi, non dualité

À 30 ans, au moment où je reçois l’étreinte d’Amma, un événement spontané et surtout inattendu arrive. L’identité Youri Samuel Hannibal et son monde s’effondre et disparait. La seule chose qui reste est une nature indéfinissable, sans forme, innommable, hors du temps, des concepts, des émotions ou des ressentis. À ce moment là se vit une extinction absolue, totale. Il n’y a littéralement rien ni personne qui vive quoi que ce soit. Au dedans de Cela disparait tout ce qui “est” et “n’est pas”, toutes notions, concepts, connu et inconnu, de intérieur et de extérieur. Tout est indifférencié.

Cet accident de l’éveil (terme venant Issâ Padovani) à tellement été choquant pour le moi incarné que j’ai tout refermé pendant à peu près 6 mois. Au bout de ce lapse de temps il y a eu spontanément des retours progressifs à cela.

Si je dois le décrire, même si les mots sont bien peu de choses : la perception que les faits, ressentis, pensées, émotions ont un propriétaire – le ‘moi’ – n’est plus. Ce sont des phénomènes qui naissent et meurent au sein d’un « nul part » impersonnel mais tout est toujours pleinement vécu. L’action se fait, la parole se dit, l’émotion se ressent sans qu’il y a une quelconque forme d’appropriation. Ce qui se vit humainement n’a jamais vraiment commencé et que tout est déjà terminé. Il n’y a ni point de départ, ni chemin, ni quelque chose à atteindre.

C’est la Vérité dont le verbe est Silence, la Lumière éternelle, immobile, non agitée, unique. Ne faisant qu’un avec sa propre nature, qui ne peut être changée ou altérée par quoi que ce soit.

Les enseignements de Ramakrishna, ceux de Ramana maharshi, les textes chrétiens, la mystique, … les moments plongeant et m’abandonnant dans le Silence et la Lumière [du Père] … sont autant de panneaux indicateurs vers menant à la Conscience [du Père]. À partir de là, il y a l’apprentissage de réaliser l’expérience directe et intime de Dieu dans chaque aspect du quotidien. Bien loin de m’éloigner de ma condition humaine, c’est une invitation d’aller à la rencontre de chaque aspect du moi-je, de les vivre. Il s’agit d’embrasser dans leur totalité chaque facette présente dans l’instant.

Et aujourd’hui ?

Le travail sur soi, l’accompagnement sont toujours une composante de mon quotidien. Je m’intéresse à énormément de sujets différents

la bourse, les investissements financiers, le dessin, avec un projet (à long terme) de bd. La musique (percussion, piano), aux langues étrangères, à la reconnaissance des plantes sauvages, les plantes bio indicatrices, la phyto sociologie. Le monde végétal étant très très cher à mon cœur. Autant de chemin d’apprentissage et de connaissance de soi.

Interview & collaboration

Cette interview à été réalisée par Laurent Fendt, et est disponible sur sa chaine : Hym média – Merci à lui

Merci à Morgane de la radio ici & maintenant pour l’interview (le 20/11/2020). Agréable moment pendant lequel j’ai pu répondre à ses questions et à ceux des auditeurs.